Articles

Legend Has It par Run The Jewels

Bonne année à tous nos lecteurs! Pour démarrer 2017 – année de la fête – sous de bons hospices, la chanson du jour est un bon gros rap qui décoiffe même les chauves, ou encore, plus sobrement, une perle hip-hop extraite de Run The Jewels 3. Vous l’aurez deviné, c’est le troisième et nouvel album des américains de Run The Jewels, sorti en décembre 2016 avec ses productions soignées, ses beats puissants, ses basses profondes et surtout le flow inimitable de El-P et Killer Mike. La recette marche aussi bien que sur les précédents opus et les amateurs du genre peuvent se jeter sans hésitation sur cet album réussi. Legend Has It est notre chanson du jour. Bonne écoute et bonne année!

Titre : Legend Has It

Artiste : Run The Jewels

Album : Run The Jewels 3

Date de sortie: Décembre 2016

Si vous n’utilisez pas encore Spotify, la chanson du jour est aussi disponible sur YouTube:

Retrouvez ici l’intégralité de la playlist One Day One Song

[ODOS] Heart is Full par Miike Snow et Run the Jewels

Titre : Heart is Full (Remix)

Artiste : Miike Snow feat. Run the Jewels

Album : Heart is Full (Remix) – Single

Date de sortie: Novembre 2015

Rencontre improbable et pourtant tellement bien réalisée du groupe électro-pop suédois Miike Snow avec le groupe de hip hop américain Run the Jewels. De quoi vous mettre la patate pour toute la journée. Bonne écoute!

Si vous n’utilisez pas encore Spotify, le titre est aussi disponible sur YouTube:

Retrouvez ici l’intégralité de la playlist One Day One Song

Run The Jewels – Les Papis Font de la Résistance

Zombie Proust Madeleine

Ambiance : Chez Run The Jewels, chaque rime est une madeleine croquée à pleines dents, chaque morceau une bande originale simplifiée et accélérée.
Souvenirs : film des années 80 crasseux et poisseux, policier sombre héros au beau chapeau répandant justice avec son reste d’âme encore intacte qui pendouille; zombies crapahutants au milieu d’ex-stars vieillissantes; âge d’or déliquescent ressuscité.
Thème : Nos deux trublions, EL-P et Killer Mike ont été invités à la fête d’anniversaire du Hip Hop, ce vieux ringard que tout le monde avait enterré. A leur contact, le vieux fou arrache sa perruque, fait craquer ses articulations, s’emballe et semble gagné d’une seconde jeunesse.
Costumes : Affublé d’un visuel rugueux, RTJ2 est un vestige rapologique revenu de tous les clichés. Pas loin de la casse, nos deux héros s sont retapés et transformés en flamboyants Ovni chromés, s’amusant et mixant joyeusement les lieux communs du hip hop.
Cuisine : El Presidente (El-P) concocte dans ses vieilles marmites de précieuses sauces vaudous servies par son Ministre du Rap Conscient (Killer Mike). Risquez vous à les déguster les yeux fermés et laissez vous transporter dans leur univers allumé revisitant le rap. Le menu est un beau voyage dans la mémoire de ces chefs.
Joaillerie : Finement ciselé, leur travail sur la rime est sublimé par le prisme de leur expérience. Si le rap était une pierre précieuse, RTJ en serait le jeweler.

 

 

Héritiers vs Parvenus

Dernières Volontés : Comment vieillir ? RTJ répond simplement à ce problème existentiel. Si les jeunes ne prennent pas la relève, remplissez joyeusement le vide. Ils finiront bien par prendre la relève.
Prophétie : En mourant, le rap a mené à l’exil tous les Anciens. Les jeunes premiers se sont laissés conduire vers la prétendue terre promise des modes éphémères. Trap, Crunk, Dirty South, Chopped&Screw, Gangsta, Cloud Rap. Et vierges furent laissées les plages de sable fin du rap conscient «old-school»; car à force d’être piétinées et usées tel le sillon du vinyle rayé elles devinrent sales et désertées.
Lame de Fond : Apparu à la deuxième moitié des nineties; le hiphop indépendant effectua un nettoyage en règle du milieu en s’écrasant sur le rivage. El-P avec Definitive Jux et Killer Mike en meilleur espoir d’Atlanta y contribuèrent de leur gros grain de sel. Le miracle était en marche.
Destinée : C’est alors qu’en se promenant la platine sous le bras, une brindille à la bouche et l’air taquin, prêts à jeter l’éponge, nos hurluberlus se retrouvèrent par hasard (enfin, sur les conseils d’Adult Swim) sur la fameuse plage. Pugnaces, ils y revinrent, les bras chargés de gemmes enfouies et de coquillages soniques repêchés.
Vieux Briscards : Ils se regardèrent et éclatèrent de rire en improvisant des morceaux décadents, ironiques et grinçants. Le rap n’avait qu’à bien se tenir.

 

 

Afterlife

Ces albums sont le testament et la biographie de ces deux joyeux lurons investis d’une mission : ruer dans les brancards avec une bande son passant par tous les stades hip hop comme une encyclopédie déjantée.
Dépoussiérage : Oui, le Hip Hop se fait vieux. Que fait-il de ses retraités ? Il faut les voir ces grabataires, le bras tremblant pour chercher leur micro perdu dans les limbes enfumées de leur mémoire. Triste. Et puis ses décès, ses légendes, ses maisons de retraite, ses petits neveux qui ne viennent jamais prendre de nouvelle et oublient le respect… On verserait presque une larme.
Happy End : Sur l’image magnifique de la pochette, la main squelettique et décharnée tient une chaîne en or, seul graal original du hiphop. Chacun se l’arrache, est-elle maudite ? Perdus dans leurs questionnements et chamailleries, les rappeurs se la font dérober. A leur nez et à leur barbe El-P et Killer Mike partent en courant avec le butin.
Qui va à la chasse perd sa place…

 

Bonus

+ Une campagne kickstarter à été lancée avec succès pour réaliser Meow The Jewels. Un album de remixes tout en ronronnements et miaulements insupportables…
++ Deadpool, un comics a repris le thème de Run The Jewels pour un de ses personnages.
+++ Cet homme est intelligent : Killer Mike a réalisé plusieurs conférences sur la violence et les émeutes récentes aux Etats-Unis.

rtj_on_marvel.0