Et si ? Ou les uchronies dans la BD

Dans la fiction, il existe un genre qui s’appelle l’uchronie. L’idée est de refaire l’histoire en modifiant un fait marquant. Par exemple, que serait-il arrivé si les Nazis avaient gagné la Seconde Guerre Mondiale ? Ou encore que serait-il arrivé si Napoléon avait remporté la campagne de Russie ? Si Zidane n’avait pas mis le coup de boule ? Ou si Jenifer n’avait pas gagné la Star Ac’ 1 ? Imaginez un peu ! Bon, je m’emporte un peu je crois.

L’uchronie est notamment utilisé dans Retour vers le futur 2 quand Marty revient dans un 1985 alternatif. Ce 1985 là existe en raison d’une modification de l’histoire qui a lieu en 1955 lorsque Biff Tanen reçoit l’almanach de son soi plus vieux. Tout ça pour dire que derrière le terme d’uchronie se cache un concept très simple que l’on connaît déjà dans différentes œuvres.

La nouveauté est d’utiliser ce concept d’uchronie dans un univers fictif existant. Par exemple, que serait-il arrivé à Tintin si Milou était un chat ? (Grosse inquiétude, je sais !) En France, il est quasi-impossible de modifier l’histoire de nos héros préférés, mais c’est possible chez nos amis américains pour les comics. Le meilleur d’entre eux est de loin Superman: Red Son. Le concept est simple : Et si le vaisseau de Superman était arrivé en plein milieu de l’URSS en 1938 à l’époque de Staline ?

Superman: Red Son

Superman: Red Son

Ecrit par Mark Millar, le papa de Kick-Ass, on y découvre un Superman servant la cause du communisme. On y découvre surtout un Lex Luthor avec le même but qu’avant (toujours avoir la peau de l’Homme d’Acier) mais dans une perspective différente. Cette fois-ci, Luthor est au service des Etats-Unis et de la CIA, qui veut éliminer ce symbole du communisme. On est d’accord, d’habitude, c’est Superman le gentil, hein ? Et Luthor le méchant ? Les Etats-Unis, ils sont gentils ou méchants ? Roh, je sais jamais !

Bref, vous l’aurez compris, Superman: Red Son remet tous les héros DC en perspective. Luthor est génial, comme à son habitude, mais c’est surtout le rôle brillant de Batman, cette fois-ci considéré comme un terroriste, qui séduit. Les plus grands méchants essayent de supprimer Superman, qui tente tant bien que mal de ne pas s’impliquer en politique. Loïs et Jimmy sont là, ainsi que Wonder Woman. Les 3 tomes sont absolument géniaux. Difficile d’en parler sans spoiler, donc je vais donc éviter de trop en dire. Juste un mot sur la fin, qui, après plus de 100 pages, arrive à nous surprendre et à nous faire, une fois de plus, réfléchir et nous poser les bonnes questions.

Si un jour quelqu’un vous dit: “les comics, c’est nul, ce n’est pas réfléchi, ça sert à rien”, il suffit de lui faire lire Superman : Red Son et le tour est joué. On prend les paris ?

Mais la vraie question que tout le monde se pose est la suivante: “Et si on avait été les Trois Doigts de Pieds ?”

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *