[Interview] Princess Unchained vue par son dessinateur Laurent Huchet

J’ai eu la chance d’interviewer Laurent Huchet, le dessinateur et co-auteur de Princess UnchainedPrincess Unchained est la première BD de Jérôme Frizzera-Mogli et Laurent Huchet publiée chez Thunder Philosopher, leur maison d’édition créée pour l’occasion. En exclusivité pour les Trois Doigts de la Main, retrouvez les 3 premiers chapitres en lecture. 

Comment êtes-vous arrivé dans le monde de la BD ?

Après une formation de graphiste à l’institut Saint Luc à Bruxelles, j’ai travaillé comme Directeur Artistique dans le digital. J’ai travaillé dans le conseil en communication, en tant que graphiste et en tant qu’entrepreneur. J’ai toujours été passionné par l’image en général et la BD en particulier.

Ensuite vers 40 ans, j’ai commencé à me poser les questions sur ce que je voulais faire. J’ai voulu faire quelque chose de plus intime. L’histoire de Princess Unchained c’est aussi mon histoire personnelle d’une personne qui se pose les questions sur son avenir et qui veut faire quelque chose qui me plaît.

Jérôme (auteur de la BD) et moi discutions depuis déjà quelques temps. Nous avons eu les mêmes envies en même temps. Nous avons donc eu envie de lancer une BD inspirée de nos passés respectifs.

Quelles sont vos inspirations pour créer cet l’univers graphique ?

Je me suis entre autres inspiré de Saul Bass, un graphiste américain, connu pour ses génériques de film, notamment celui de Vertigo d’Alfred Hitchcock. Le principe repose sur des formes simples et un minimum de couleur. Le but est de rester dans l’évocation et le symbole afin de générer quelque chose dans l’émotionnel.

Saul Bass réalise l’affiche de Grand Prix

La forme vient aussi du fond. Nous voulions faire rencontrer les Chevaliers du Zodiaque avec Carl Jung : un mélange entre un univers fantastique et la psychologie.

Vous avez utilisé un processus de création innovant, pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

Du fait de notre histoire très digitale, presque naturellement on a travaillé comme si on faisait un projet digital. Nous nous sommes inspirés des méthodes agiles : forte collaboration, créativité, retour utilisateur. Concrètement il faut accepter de changer tout le temps les choses. Rien n’est linéaire. Il faut aussi se confronter rapidement au marché, au public pour avoir des retours.

Nous avons donc publié l’histoire chapitre par chapitre. Nous sommes parfois revenu sur des chapitres précédents grâce aux retours des lecteurs. Il y a des parties qui ont disparu à certains moments. Nous avons fait participer notre communauté pour la couverture de la BD et je ne pensais pas que cette version gagnerait !

Nous avons figé les choses avec une première édition papier. Nous ne nous interdisons pas de faire d’autres éditions avec une autre fin par exemple.

Ce processus a fonctionné parce que nous avons de l’expérience et que nous nous connaissons très bien. Il faut être prêt à entendre les critiques.

Quelle est la suite pour vous ?

La suite s’appelle Ferox Vox. Nous voulons aller encore plus loin dans la co-création. Nous avons mis en place le « combo ». Nous envoyons une newsletter toutes les semaines pour faire participer les lecteurs.

Ferox Vox suit l’aventure de Sonate qui va se confronter à la réthorique cosmique: le pouvoir du langage, d’influencer les gens et les choses. Il faut imaginer des duels de réthorique à la Naruto avec plus d’action que dans Princess Unchained. Le 1er chapitre est prévu d’ici quelques semaines.

Mots-clés : ,
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *