Ave, César ! Ceux qui vont sourire te saluent !

Depuis des années, Joel et Ethan Coen oscillent au grès des films entre des drames complexes à la True Grit et des comédies pince-sans-rire et loufoques façon Burn After Reading. Ave, César !, leur dernier long-métrage en date, rentre sans discussion dans la deuxième catégorie.

Dans le flamboyant Hollywood des années 1950, nous suivons la journée d’Eddie Mannix – Josh Brolin – un fixeur dont le travail consiste à résoudre les problèmes divers et variés du studio Capitole. En plus des problèmes d’images de starlettes au sommet de leur carrière, des journalistes avides de scoop, et des problèmes de casting des films en cours de tournage, Eddie se retrouve également face à un problème inédit : le kidnapping de la star Baird Whitlok – George Clooney – en plein tournage.

Comme souvent avec les comédies des frères Coen, les répliques fusent, pétillent et explosent sous la langue des acteurs comme des petites bulles de champagne. Les acteurs semblent s’amuser et régalent le spectateur, que ce soit Ralph Fiennes en réalisateur au bord de la crise de nerf, Channing Tatum en danseur de claquette à l’apparence si lisse ou Scarlett Johansson en starlette au caractère bien trempé.

Esthétiquement, rien à redire non plus ! Les décors sont soignés, les costumes bien trouvés et surtout la mise en scène par moment époustouflante ! Les ballets et scènes tournées par le studio sont notamment des petites pépites qui vous absorbent totalement et vous emmènent ailleurs – pour mieux faire éclater la bulle, quelques secondes plus tard par un twist comique toujours bien trouvé.

Un vrai coup de cœur ? Oui et non. Car si tous les ingrédients sont là, le liant de la sauce lui a un gout amer. Nous sommes devant une succession de sketchs souvent brillants mais maintenus entre eux par une trame narrative faiblarde et souvent même un peu ennuyante. Un peu comme si l’on comblait les trous d’un collier de pierres précieuses par des perles en plastique.

Mots-clés : ,
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *