Les Trois Doigts de la Main - L3D2LM

Prends garde à Crimson Peak

Dans son dernier film, Pacific Rim, Guillermo Del Toro s’amusait avec des gros robots et des monstres tout aussi imposants. Mais c’est à son amour premier, le cinéma fantastico — gothique, qu’il revient avec Crimson Peak.

Edith Cushing — Mia Wasikowska — , jeune romancière en herbe, tombe sous le charme du mystérieux Thomas Sharpe — le toujours excellent Tom Hiddleston — , venu chercher des financements auprès du père de la jeune fille. Après leur mariage, Edith emménage en Angleterre, dans le manoir où son mari vit avec sa sœur Lucille — une Jessica Chastain, brune pour l’occasion. Un manoir dans lequel se cachent de multiples et dangereux secrets.

Crimson Peak, c’est avant tout une atmosphère. Glauque, romantique, légèrement angoissante, profondément belle et fascinante. C’est un réel hommage à l’esthétique du genre gothique et une réinvention de l’époque victorienne. La réalisation est divine — souvent poétique, parfois symbolique mais toujours glaçante et ravissante. La caméra de Guillermo Del Toro se joue des codes du genre, se les réapproprie et les modernise avec discrétion.

La romance gore qui agit comme trame directrice du film est sublime. Certes elle n’est pas novatrice — et le scénario en lui-même peut parfois prêter à la critique -, mais cela n’empêche pas Crimson Peak de nous fasciner. Les personnages sont troublants. Mia Wasikowska est lumineuse et s’oppose parfaitement à une Jessica Chastain angoissante et ombrageuse. Tom Hiddleson est saisissant et confirme, après Only Lovers Left Alive, son aptitude à créer des personnages romantiques forts et contrastés.

Crimson Peak - Le film
Crimson Peak – Le film

Crimson Peak, c’est en fait le film qu’Edgar Allan Poe et Mary Shelley aurait réalisé s’ils l’avaient pu : la quintessence du romantisme gothique à l’anglaise.

Le Zéro Masqué

Heureuse maman d'un blog #divertissement #cinéma #sport : Boires et Déboires d'un Zéro Masqué

Ajouter un commentaire

Newsletter