MadMax + Matrix = Into the Badlands

En seulement 6 épisodes, la série Into the Badlands frappe très fort ! Sans être la série de l’année, la dernière née de la chaîne câblée AMC, surtout connue pour avoir donné vie au roman graphique The Walking Dead, apporte quelque chose de nouveau à la télévision : des scènes de combat digne des meilleurs films d’arts martiaux.

Co-créée par Alfred Gough, le papa de Smallville, Into the Badlands s’adresse surtout aux fans de combats à mains nues et à l’arme blanche. Pour les autres, vous pouvez passer votre chemin.

Into the Badlands - Daniel Wu

Attention, il faut un permis spécial pour conduire un deux-roues avec une épée

L’action se situe dans un monde post-apocalyptique au coeur des Badlands. La société suit un modèle féodal. Un Baron gouverne une région précise et chaque baronnie a sa spécialité. Les baronnies dépendent les unes des autres grâce au commerce de leurs ressources (pétrole, drogue ou autres). L’équilibre est fragile et c’est un jeune garçon qui va le mettre en péril…

Vous l’aurez compris, il ne faut pas chercher ici un scénario génial. L’univers créé est sympathique, bien pensé et cohérent. Il permet surtout de créer d’excellents prétextes pour des scènes de combat mémorables.

Le héros – joué par Daniel Wu – passe son temps à dérouiller à lui tout seul plus de 50 ennemis à la fois, mais il n’est pas le seul. Chaque personnage cache bien son jeu et on ne sait jamais vraiment qui est doué au combat ou non. Et c’est justement ce qui est fun ! A chaque rencontre, on ignore comment le combat va tourner. Comme dans un jeu vidéo, on s’attend à ce que chaque nouvel ennemi ait une nouvelle compétence encore jamais vue : une nouvelle arme, une nouvelle technique, etc…

Non, ce n'est pas la taille qui compte

Non, ce n’est pas la taille qui compte

Les 6 épisodes se dévorent très rapidement et le succès – relatif – de la série aux US devrait se concrétiser avec une seconde saison en 2016. Il faudra y faire un peu plus que juste des combats pour convaincre une plus grande audience, mais le terrain est propice pour y arriver.

Allez, sur ces belles paroles, je vais aller faire un peu de sport moi…

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *