[Album review/Interview] The Veil par Simian Ghost

Musicalement parlant, la Suède est surtout (re)connue pour avoir offert aux oreilles du monde quelques unes des plus mémorables ballades et mélodies pop du XXème siècle (ABBA), plusieurs hymnes de la pop des années 90 (Ace Of Base, Eagle Eye Cherry), du rock fort dans les années 2000 (The Hives), et puis ces dernières années un boom de la musique électronique avec quelques mégastars du genre (Avicii, Alesso, Swedish House Mafia). A l’ombre de ces géants médiatiques, des artistes s’activent à développer une scène indie suédoise remarquable par ses mélodies subtiles, ses mélanges d’influences et puis évidemment, par la qualité des chansons, des groupes, des albums qui en émergent. Le trio Simian Ghost, que les Trois Doigts de la Main ont pu rencontrer, en est un excellent exemple.

Simian Ghost est officiellement un trio composé de Sebastian Arnström (à l’initiative du projet), son demi-frère Erik Klinga, et leur ami Mathias Zachrisson, mais se retrouve souvent à 4 ou 5 sur scène (avec Maja Agnevik et Wilhelm Magnusson). Originaire de Sandviken/Gävle (côte est de la Suède), le groupe s’est déjà fait remarqué à très juste titre dans son pays, mais aussi chez nos voisins d’outre manche où il jouit d’une belle notoriété suite à différents festivals, concerts et puis aussi quelques apparitions dans des publications comme le Times ou le Guardian, ce qui donne quand même un sacré coup de pouce. The Veil, l’album auquel on s’intéresse ici, est déjà le troisième album du groupe, et l’espace entre chaque opus a été généreusement comblé de singles, d’EPs et de tournées. Nos trois suédois ont donc toute l’expérience nécessaire pour proposer un album complètement réussi, de bout en bout.

De passage à Paris début novembre, le groupe a accepté de répondre à quelques questions avant de monter sur la scène du Point Éphémère. On a parlé de Simian Ghost, de ses membres et de l’album bien sûr, mais aussi de leur vision de la musique en tant qu’art, en tant qu’industrie. Un petit extrait vidéo ci-dessous.

A l’instar de ses compatriotes Museum of Bellas Artes, ou bien Air France, Simian Ghost explore  différentes ambiances, différentes atmosphères sans s’éloigner de son orbite. The Veil est clairement un album Indie Pop, mais teinté d’une douce mélancolie qui nuance subtilement le déroulé des 13 pistes qu’il comporte. Les mélodies sont accrocheuses et joyeuses pour la plupart, mais il s’en dégage une forme de distanciation des artistes vis-à-vis de leur musique en apparence chaleureuse, un peu comme un chef nuancerait un plat en y apportant des notes aigre-douces. Les amateurs de vinaigre balsamique sauront qu’il s’agit là d’un compliment. Mais trêve de musicologie de cuisine. On peut le ressentir en particulier dans le chant doux et presque lancinant, qui suit la mélodie au point de se confondre avec le son des instruments (écouter Echoes of Songs) ou de fondre en harmonies impeccables trahissant l’influence très bienvenue des Beach Boys (écouter Float, August Sun ou The Ocean is a whisper). The Veil semble ainsi un peu plus complexe que ses deux prédécesseurs pourtant déjà de très bonne facture (Youth en 2012 et Infinite Traffic Everywhere en 2011). Un peu plus abouti, plus “mature” aussi peut être, car prenant plus de liberté en s’écartant d’un album qui n’aurait pu être “que” pop avec ses superbes mélodies, mais qui au final est plus que ça, avec des titres allant vers un rock plus prononcé comme I will speak until Im done, d’autres plutôt lents et contemplatifs (écouter The Endless Chord), et quelques passages instrumentaux de toute beauté comme sur le titre The Veil qui conclut l’album éponyme. Un album réussi donc, à classer quelque part entre Les Beach Boys et Phoenix (plutôt cool comme voisins d’étagères).

The Veil sortira en France le 27 janvier 2015, sur le label indépendant Discograph, et il sera l’allié de tous ceux qui auront pris pour résolution de début d’année d’écouter plus de bonne musique. D’ici là, vous pouvez déjà retrouver quelques-uns des meilleurs titres de Simian Ghost dans nos playlists Spotify. Joyeux Noël et Bonnes Fêtes à vous, amis lecteurs!

 

Remerciements à Simian Ghost, Discograph et Xavier, sans l’aide desquels cet article n’aurait pas été possible.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *