Les Trois Doigts de la Main - L3D2LM

Overwerk surmené ?

Salut à tous et bonne année en retard. Aujourd’hui, et pour bien commencer cette année 2013, nous allons écouter de la bonne grosse électro, communiquer avec les extraterrestres, mater des filles à poil et faire de la pub pour une marque d’équipement vidéo qui a fortement contribué à mettre notre artiste du jour sur le devant de la scène. Vous l’avez bien compris: c’est d’Overwerk qu’il s’agit.

Le DJ canadien a dépoussiéré l’idée que je me faisais de l’univers electro/house de ces dernières années en composant des titres complètement instrumentaux (à une ou deux exceptions près) avec des thèmes originaux et en ne s’inspirant qu’au minimum syndical des styles à la mode comme la house bien commerciale qui fait appel à des “featurings” de plus en plus hasardeux ou bien au dubstep bête et méchant que nous assènent chaque jour davantage de DJs, de “chanteurs” pop, de rappeurs et même de publicitaires automobiles, et puis aussi et surtout en se gardant bien de céder à la tentation du sampling “en veux-tu? en voilà!”.

OVERWERK - The Nth -¦ - cover

Overwerk est un jeune DJ de 23 ans qui nous vient donc du pays des castors et des orignaux, plus précisément de la ville de London en Ontario. C’est Benoit (le vraisemblable inventeur des boules qui portent son nom?) qui me l’a fait découvrir l’an passé. De son vrai nom, Edmond Huszar (tout de suite ça claque un peu moins), le musicien a commencé dès le lycée à se produire et après un court passage par un projet de duo baptisé “The Girls Can Hear Us”, il se lance en solo sous le pseudonyme qu’on lui connait à l’heure actuelle. Deux EPs se succèdent en 2011 et 2012. Les compositions qui s’y trouvent m’ont emballé, à commencer par “The Nth°”, première piste de l’EP éponyme et dont l’intro reprend directement la bande originale de Rencontre du Troisième Type (LA scène du vaisseau).

Après avoir creusé un petit peu l’affaire, je me suis rendu compte que le DJ venu du froid avait fait pas mal de remixes et de mashups tout à fait conventionnels et sans surprises avant de se lancer avec son premier EP mais comme il le dit lui même dans une interview révélant un goût douteux en matière de coupe de cheveux, il est difficile de trouver l’équilibre entre l’assouvissement de ses désirs de créativité artistique et la satisfaction d’un public majoritairement “clubber” qui cherche surtout à danser et choper en soirées étudiantes. Un exemple sympa de performance live d’Overwerk à ses débuts nous est donné dans cette vidéo tournée à Halifax, en Nouvelle Ecosse:

Les amateurs de french touch apprécieront le sample de voix de Daft Punk qui surgit vers 1 minute 30 secondes.

Le second EP sorti le 28 novembre 2012 et qui s’intitule After Hours a été davantage remarqué que le précédent en grande partie grâce au titre Daybreak qui assure la bande son de la pub GoPro en début d’article. Cependant d’autres très bon titres méritent d’être mentionnés comme Relapse ou Night Shift.

Overwerk a bien sûr un coté très festif dans sa musique qui du coup, n’est pas aussi originale et expérimentale qu’elle pourrait l’être. Il est venu jouer en France récemment (Janvier) avec une date à Toulouse et une autre à Paris, lors du Gala d’une certaine école d’ingénieurs plus ou moins renommée. Les amateurs de musique électronique auront déjà compris que je suis plutôt néophyte en la matière (ne serait-ce que pour ne pas avoir précisé en début d’article que le pseudonyme d’Edmond Huszar est une référence aux pionniers allemands de Kraftwerk), mais à l’écoute de ses deux EPs, je peux dire qu’Overwerk m’a donné envie, d’une part de sortir faire la fête, mais d’autre part de m’intéresser de nouveau à l’électro, un style de musique que j’avais eu tendance à laisser un peu de coté car rien de vraiment innovant et plaisant n’était parvenu à mes oreilles depuis Daft Punk ou Ratatat.

Pour conclure, je dirai que chacun pensera ce qu’il voudra de ce jeune artiste, bien évidemment. Cependant, Je pense que tout le monde s’accordera à dire qu’il choisit bien ses amies. La preuve en vidéo.

http://vimeo.com/56083573

 

Maxime

Co-fondateur du projet L3D2LM. Aspire secrètement à conquérir le monde.
Se passionne de musique en attendant de trouver le meilleur moyen pour y arriver.
Vous souhaite une bonne journée.

Ajouter un commentaire

Newsletter