Les Trois Doigts de la Main - L3D2LM

[Album Review] It’s over – The Fuzzy Crystals

Il n’y a pas très longtemps du tout (le 5 février, c’est donc aujourd’hui en fait), mais dans une contrée assez lointaine (la Californie), un album est né. The Fuzzy Crystals, heureux parents d’un disque plein de promesses, ont eu la gentillesse ne nous laisser écouter It’s over avant sa sortie officielle. C’est donc après de nombreuses et attentives écoutes que ce modeste article voit le jour à son tour.

Sans tourner autour du pot, le groupe qui nous intéresse aujourd’hui mérite largement que l’on s’y attarde, pour plusieurs raisons. Essentiellement : c’est un groupe « à l’ancienne » qui produit une musique folk/rock pleine d’âme. Et ce premier album accroche instantanément l’auditeur. C’est d’autant plus agréable que rare de se sentir « rentrer » dans une chanson, dans un album, dès la première écoute, sans que l’on connaisse l’artiste responsable de ce petit bonheur inattendu. Et ensuite, chaque écoute confirme la précédente.

The Fuzzy Crystals, en chair et en os.
The Fuzzy Crystals, en chair et en os.

« We’re gonna get wasted »

Formé à Los Angeles, le groupe rassemble des membres (et inévitablement des influences) des 4 coins des États-Unis : le Mississipi, le Massachussetts, le Wyoming, et bien sûr la Californie. Se définissant comme un collectif de poètes, de rêveurs et de visionnaires convaincus des pouvoirs magiques des chats et des bienfaits des « midnight desert parties », The Fuzzy Crystals propose une musique largement inspirée des belles années du folk rock psychédélique (le groupe cite par exemple Buffalo Springfield, ou Jefferson Airplane comme influences majeures – entre autres évidemment) et qui n’en reste pas moins originale. A l’instar des jeunes californiens (eux-aussi ?!) de Foxygen, Les 7 musiciens de The Fuzzy Crystals parviennent à évoquer une époque, reprendre certains de ses codes, mais ne verse pas pour autant dans le « tribute band » ou la nostalgie outrancière. Dès la toute première note de l’album, « It’s Over » ne manque de rappeler à notre souvenir divers grands noms des décennies 60-70 (The Byrds, Donovan, Neil Young, The Animals – également cités par le groupe qui a décidément bon goût), et pourtant, il y a toujours d’imperceptibles signes qu’il s’agit bien de chansons de notre siècle et pas du précédent. Par exemple dans la production impeccable, soignée et mitonnée aux petits oignons pour notre plus grand plaisir. Si on a bien compris qu’il s’agit du genre de groupe que l’on peut croiser à la plage ou dans le désert à jouer de la guitare et du tambourin pieds nus autour du feu, barbes et cheveux longs au vent, l’album est bel et bien réalisé d’une main/oreille de maître, et cela tout en respectant les conditions (les traditions ?) de la vieille école : équipement analogique, changement du lieu d’enregistrement selon la réverbération recherchée (même en extérieur), aucune retouche des voix, etc. Le résultat : 8 pistes réussies, originales, des musiques entrainantes, au son plutôt chaleureux et des textes bien pensés.

The Fuzzy Crystals, c’est aussi des harmonies millimétrées, calées juste comme il faut , alors même qu’elles semblent spontanées, complètement naturelles. L’effet est immédiat, on goûte à grandes louches du breuvage psychédélique et on en redemande. Un album ensoleillé et immersif dont le but avoué est de vous plonger en douceur dans la chaleur et la sensuelle folie d’un été californien. Disponible à l’écoute sur Soundcloud et à l’achat sur la page Bandcamp du groupe à compter d’aujourd’hui.

FuzzyLogo 2

 

Merci à Chris pour son aide dans la réalisation de cet article.

Maxime

Co-fondateur du projet L3D2LM. Aspire secrètement à conquérir le monde.
Se passionne de musique en attendant de trouver le meilleur moyen pour y arriver.
Vous souhaite une bonne journée.

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Newsletter