ANTIPOP CONSORTIUM – CHRISTIANS OBVIOUSLY NOT ALLOWED

images

 

Attention, cet article est hautement toxique. Mieux vaut passer votre chemin, conformistes. Je vais vous faire subir une descente infernale grâce à mes complices de la semaine, Antipop Consortium. Non, brebis égarées, point de Pop ici. Du Hip Hop alternatif, sale, teinté d’électro et d’expérimentale. Voyez, l’album à brûler sur l’Autel s’intitule Arrhythmia et il vous enverra en enfer. Les hérétiques se nomment Beans, High Priest, M. Sayyid et leur ordonnateur Earl Blaize. Sorti des flammes de l’enfer en 2002 sur le très British label Warp, il représente une apothéose de nonsense. Sonnez les cloches, éloignez les enfants.

 

 

Pourtant, à la première écoute, on pourrait trouver tous ces collages musicaux marrants, avec des hurluberlus racontant leurs histoires ridicules à tue-tête. Après tout, ils samplent bien une balle de ping pong en scandant «It’s the retuuurn» comme pour annoncer son incessant va et vient. La chanson s’appelle Ping Pong (sic).En plein milieu de Mega, alors qu’une magnifique voix d’Opéra vient dramatiser la simplicité du morceau, retentissent soudain éléphants et primates venus ponctuer les rhymes de Sayyid. Pourquoi pas. De toute façon, on a pas trop le choix et puis mince, le tout sonne diablement bien. Les collages de bruits divers et variés fonctionnent bien et même la voix troublante accompagnant We Kill Soap Scum ne nous étonne plus. Bien que l’on en vienne à avoir des doutes sur le niveau de constipation du type concerné.

 

 

Arrivent les chefs d’oeuvres de production que sont Traum, Focused ou Dead in Motion. Un beat qui tape, des basses profondes indiquant la gravité de la situation, les inquiétants synthés qui nous font l’ascenseur sur notre épine dorsale. On en sort pas indemne mais dieu que c’est bon. On continue de sacrifier notre âme en bougeant la tête sur Human Shield, dont le titre annonce la couleur, on la chantonne et puis on la remet. Ah, les plaisirs coupables. Sur Focused, on sourit de leurs histoires décapantes de drogués tellement à l’Ouest qu’ils finissent par nous revenir dessus de l’Est. Beans enfonce le clou : «Uh Oh, in need of first aid / Better Hustle / Swift as if you kicked a pitbull in the nuts / Permanent bad mood…».

 

 

Arrhythmia n’est ni leur premier ni leur dernier, mais il est si distinct et inclassable qu’il reste pour moi leur meilleur. Les membres du groupe se sont par ailleurs diversifiés dans d’amples carrières solos plus ou moins réussies mais toujours originales et jamais ennuyeuses.

 

 

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *