I Am Stramgram – Jurassic Poney [ITW / EP Review]

I Am Stramgram est sans doute l’une des découvertes les plus intéressantes de 2016 sur la scène française, et il est plus que temps qu’on en parle un peu plus sérieusement. Au centre de ce projet, on trouve le bordelais Vincent Jouffroy qui joue également dans d’autres groupes (My Ant entre autres), et on trouve aussi une quantité d’influences et de références musicales. On a pu rencontrer I Am Stramgram cet été à l’occasion du festival Fnaclive et discuter de ce projet musical qui démarre si bien. Une rencontre originale.

I Am Stramgram - Seul groupe de musique avec un dinosaure dans le band depuis Denver.

I Am Stramgram – Seul groupe de musique avec un dinosaure dans le band depuis Denver.

L’EP que l’on a aujourd’hui dans les oreilles, Jurassic Poney, est à la fois un début et une fin. Un début car son succès marque le décollage réussi du projet de Vincent Jouffroy après un premier EP « Let’s not run the race » paru en 2012 et resté plus discrètement dans les cercles d’initiés. Une fin, car Jurassic Poney vient conclure le cycle du Patchworkitsch Tryptique en en reprenant les titres sur un même support.

Le Patchworkitsch Triptyque, c’est une œuvre multimédia en 3 parties. A chaque partie du tryptique correspond sa chanson, son graphisme, sa page web, sa vidéo, comme une seule et même œuvre multi-facettes que l’on accepte comme un tout, ou que l’on préfère aborder par tel ou tel autre aspect. Sur le site du groupe, ce projet créatif est défini comme « une entité autonome où propositions esthétiques et vidéos viennent compléter la musique ». Vous pouvez explorer ce triptyque vous-même en cliquant ici.

IAS en interview - Fnac Live 2016 - Paris

IAS en interview avec L3D2LM – Fnac Live 2016 – Paris

A l’écoute des titres ci-dessus, IAS dévoile rapidement ce qui fait sa force: une musique versatile qui passe d’un style folk apaisé à un son rock un peu garage, un peu sale, et qui résulte souvent dans une ambiance contrastée de pop/rock mélancolique. D’après l’artiste, on pourrait même parler de musique « lunatique » car marquée par ses revirements d’humeur. Certains titres évoquent The Shins ou Sufjan Stevens par leurs mélodies, leurs chœurs et leurs arrangements riches (Set a thought, Camilla), d’autres feront plutôt penser à Pearl Jam ou les Pixies avec des grosses guitares qui transpirent la disto et dépoussièrent les oreilles (Eaten alive). Le tout sonne souvent comme une bande originale de comédie dramatique à la Zach Braff.

 

Enfin, concluons en admettant que l’homme derrière IAS est donc un incurable touche-à-tout. C’est assez clair. Pour cause: il a en réalité démarré sa carrière par des études de vidéo, et a su ensuite relier avec sens son expérience de la vidéo et ses projets musicaux (d’où les clips à la cinématographie réussie pour chaque titre d’IAS). Accompagné sur scène de son acolyte percussionniste « Vélocibatteur », I Am Stramgram assure aussi des lives de qualité comme au Fnac Live ci-dessous par exemple. Ce n’est pas un hasard si ce projet a été Lauréat du Prix Ricard S.A Live Music 2016. Les meilleurs titres d’IAS sont à retrouver sur Spotify, dans les playlists de L3D2LM!

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *