Les Trois Doigts de la Main - L3D2LM

Salt Petal a libéré un monstre marin.

Il y a déja un an… Déja un an que le tout premier article, inaugurant notre blog, paraissait dans la rubrique “Musique”. C’est un groupe de choix qui avait été choisi pour l’occasion, et nous avons d’ailleurs essayé de ne vous faire part, depuis cela, que d’artistes qui, dans leurs univers respectifs, valaient eux aussi particulièrement le détour. C’est donc avec une certaine joie, non dissimulée, que j’écris de nouveau sur Salt Petal.

 

Salt Petal, dans un moment de joie non dissimulée.
Salt Petal, dans un moment de joie non dissimulée.

 

 

“Come here dear!”

 

Si vous ne vous en souvenez pas, voici un rapide résumé des épisode précédents. Salt Petal est une formation musicale basée à Los Angeles et qui évolue entre les genres, en gardant généralement un même socle mêlant un son Folk Rock avec des influences Latino-américaines. A géométrie variable selon les concerts, le groupe comporte officiellement cinq membres. Le noyau du groupe est composé par le couple Harrison/Gonzalez, un couple sur scène et dans la vie qui écrit les chansons et réalise les vidéos. Mais ce n’est pas tout car l’âme de Salt Petal est encore enrichie par trois musiciens supplémentaires, multi-instrumentistes, agrémentant les compositions avec toute la subtilité que permettent une batterie, des guitares, une basse, une trompette, un trombone et l’ensemble des percussions qui peuplent la musique des deux albums sortis à ce jour. Sans oublier bien sûr l’accordéon, joué par la chanteuse, qui vous fait chavirer d’un bon vieux rock, servi à point avec une sauce sixties, à une chanson folk langoureuse où flirtent inlassablement les influences latines de la cumbia, du tango, de la bossa nova et même un soupçon de musique andine. Un délice musical.

 

 

 

“Arden mis ojos en la luz del sol”

 

Après un été bien rempli de concerts et de festivals ensoleillés (comme il se doit dans cette région du monde), Salt Petal a fait sa rentrée dès la fin du mois d’aout à Los Angeles en entamant une nouvelle phase d’écriture et de composition. Pas plus de précisions hélas, mais on peut légitimement s’attendre à de très bonnes choses en se basant sur la qualité des précédentes créations: Say-So paru en 2009, et plus récemment Sea Monster paru au printemps 2013.

 

Les Dents du Bonheur
Les Dents du Bonheur

 

Parlons-en, justement, de ce monstre marin. Il avait été annoncé par un EP en Septembre 2012 et amenant la métaphore marine puisque baptisé Tip of the Sunfish. Les textes passent toujours aussi fluidement de l’anglais à l’espagnol ou au Portugais, le tout avec des sonorités fluctuant en permanence entre des influences diverses. On prend plaisir à se perdre dans le temps et l’espace à l’écoute de Sea Monster car malgré les nombreux indices (parfois trompeurs), il reste en effet difficile, à l’oreille, de déterminer avec certitude à quelle époque et dans quel pays les treize chansons qu’il comporte ont bien pu être composées et enregistrées.

 

“Forgive me for blaming you”

 

Ce dernier album explore également un spectre d’ambiances et d’émotions un peu plus large que le premier. Certains titres évoquent même explicitement un sentiment de mélancolie, ce qui est une surprise de la part d’un groupe plutôt habitué à faire vibrer et danser son auditoire. C’est le cas du très poétique Darkest Hours. Sans doute la chanson la plus sombre de l’album, elle aborde avec subtilité, tout en nuances, les thèmes de la dépression, de la tristesse et du regret. Une chanson émouvante et intriguante, un peu comme une vieille photo en sépia dont on ne reconnait plus les visages, mais où chacun peut y deviner ceux qu’il a envie d’y voir.

 

 

“You’re ready to go, all set to amaze.”

 

Plus que la Californie, Salt Petal pourrait incarner “Les Amériques” au sens large, tant le groupe séduit et semble venir à la fois d’ici et là, grâce à sa créativité, sa versatilité et son authenticité. Le groupe s’est déjà déplacé jusqu’à nous lors d’une tournée européenne au printemps 2012 et avec un peu de patience, on pourrait bien les voir revenir dans un futur proche. Comme le savent bien les Californiens (et les sismologues): “Là où la terre a tremblé, elle tremblera”. Peut-être bien que là ou Salt Petal a joué, Salt Petal jouera! On ne manquera pas de vous en parler lorsque l’événement se profilera à l’horizon, et peut-être d’ici là aurons-nous droit à un nouvel EP ou même un nouvel album.

 

Crédit photo: Salt Petal.
Crédit photo: Salt Petal.

 

Entre temps, vous pouvez retrouver la musique de Salt Petal sur les différentes playlists Spotify que vous ont préparé avec amour Les Trois Doigts de la Main!

 

 

Maxime

Co-fondateur du projet L3D2LM. Aspire secrètement à conquérir le monde.
Se passionne de musique en attendant de trouver le meilleur moyen pour y arriver.
Vous souhaite une bonne journée.

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Newsletter