Les Trois Doigts de la Main - L3D2LM

The Virgins Suicide

Titre racoleur n’est ce pas? Pas de suicide dans cet article, rassurez-vous, ni dans les prochains je l’espère. Pas de Kirsten Dunst ou de Sofia Coppola non plus… dommage. The Virgins, groupe de rock New-yorkais en activité depuis 2007, s’est séparé en Novembre 2013. La dislocation du quatuor, à deux mois du coup d’envoi d’une prometteuse tournée européenne, était plutôt inattendue et on attend évidemment au tournant le chanteur, Donald Cumming, qui a décidé de mettre un terme à l’aventure “The Virgins” pour privilégier sa carrière en solo. Cet article n’a pas vocation à faire l’oraison funèbre d’un énième groupe de rock disparu trop tôt (ou pas, l’histoire nous le dira), mais plutôt à revenir sur un de ses albums, très bon, sorti en mars 2013.

 

L'album brûlant de la séparation
L’album brûlant de la séparation

 

Strike Gently fait suite à un premier album très réussi paru 5 ans plus tôt, en 2008 chez Atlantic Records, lui-même rendu possible après que les jeunes musiciens se soient fait remarquer, au milieu du paysage musical foisonnant de la grosse pomme, grâce à un EP l’année précédente, en 2007. Paru sur cette fois sur Cult Records, le label de Julian Casablancas, le second album conserve les mêmes influences que le premier album: un son pop rock nostalgique des années 90, des mélodies simples mais efficaces et un son à la fois moderne et rétro faisant la part belle aux effets de synthés plus ou moins kitsch mais terriblement habiles pour nous plonger dans une ambiance New Wave décalée et entrainante. Sans oublier l’écriture, plus travaillée, sans doute plus mature. C’est là que réside la principale différence entre les deux albums. La plume et la pâte précédemment si simples et désinvoltes (pour ne pas dire “jemenfoutiste”) pouvaient provoquer certains questionnements ou sentiments de culpabilité. Oui car écouter en boucle Rich Girls ou Private Affair vous renvoie invariablement face à l’adolescent attardé qui sommeille en vous et que vous vous efforcez (en vain) de faire grandir.

 

Four aspirin, two Alka-Seltzer’s and a beer,

Im laughin’ but there ain’t nobody here.

Four aspirin, two alka-seltzer’s and a beer.
I’m laughing, but there ain’t nobody here.
Read more at http://www.lyrics.com/prima-materia-lyrics-the-virgins.html#J5cx17zhawTUT3Vg.99

 

 

Trêve de psychologie de cuisine. Parlons plutôt musique. L’écriture a mûri sur ce second album. Le sens remarquable de la métaphore séduit, fait sourire et transmet l’émotion de chaque titre de façon étonnante. Ce n’était pas le cas avant. Le chant est lui aussi beaucoup plus maîtrisé ce qui met encore plus en avant les progrès faits au niveau du texte. La voix posée de Donald Cumming sur les riffs de guitares cleans évoquent, comme c’est le cas pour le titre Prima Materia, le style sûr et tranquille d’un Mark Knopfler à l’époque de Dire Straits. L’influence de Julian Casablancas n’est jamais loin non plus. On peut d’ailleurs trouver beaucoup de ressemblances entre le titre Flashbacks, Memories and Dreams et 11th Dimension de Casablancas. Les deux chansons partagent la même ambiance pseudo New Wave, à la limite des Cheesy 80’s, et dans les clips respectifs, les deux chanteurs partagent le même goût des coupes de cheveux improbables dignes de The Cure, ou des vêtements discrets et distingués que ne renieraient pas Parker Lewis lui-même.

 

 

Une vingtaine de dates prévues chez nous en France mais aussi en Belgique, en Suisse, en Italie, etc. Toutes annulées. C’est dommage évidemment, mais il nous reste ce très bon album pour nous consoler. Strike Gently, à ranger dans votre discothèque quelque part entre vos albums de The Strokes et de Dire Straits, donne l’occasion à un jeune groupe de se retirer sur une note positive, de réussite critique et de tournées à succès. The Virgins disparaît en laissant un bel héritage à la scène rock New-yorkaise. Héritage dont s’inspirent déjà différents artistes montants comme Exclamation Pony ou Reputante (deux noms à retenir).

Enfin, voici la conclusion musicale de cet article avec une petite vidéo nostalgique du New York des années 90, où l’on filmait des clips avec une caméra VHS. Enjoy!

 

 

Gracias a Jesús!

Maxime

Co-fondateur du projet L3D2LM. Aspire secrètement à conquérir le monde.
Se passionne de musique en attendant de trouver le meilleur moyen pour y arriver.
Vous souhaite une bonne journée.

Ajouter un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Newsletter