Lemon Twigs, Groenland, The Weeknd, Nick Waterhouse… Nos conseils pour un sapin réussi.

La période des fêtes emmène avec elle son lot de stress. Un fardeau dont on aimerait souvent se décharger sans savoir comment. Si c’est ton cas, ne cherche plus ami lecteur! Nous avons préparé une liste de cadeaux potentiels pour ravir petits et grands amateurs de musique… Voici donc la sélection des cadeaux de Noël des Trois Doigts de la Main, rassemblant nos albums préférés parmi les sorties récentes, avec une petite présentation de chaque album pour être sûr de ne pas se tromper (même si on ne connaît pas très bien les goûts de celui ou celle à qui on fait le cadeau).

Do Hollywood par The Lemon Twigs

Le premier album de ce duo new-yorkais est une très belles surprises de cette fin 2016. C’est un beau cadeau pour les amateurs de rock’&’roll et d’expériences musicales psychédéliques. Constitué de 2 frères, The Lemon Twigs propose un cocktail étonnant de créativité, très influencé par les grandes heures du rock et de la pop des décennies passées. Dans leur son comme dans leur look et leurs vidéos, on respire la fin des sixities et le début des seventies, et on ne compte pas les références au glam rock de David Bowie ou au pop rock harmonisé de Supertramp. Mais à l’instar des californiens de Foxygen – un autre jeune duo américain lui aussi très marqué par la musique des années 60/70 – The Lemon Twigs ne se soucie pas particulièrement de rendre un énième hommage au Velvet Underground de Lou Reed, aux Kinks, aux Who ou à Pink Floyd. Au lieu de ça le groupe imagine et bâtit, par dessus l’ancien, un style nouveau et un peu disjoncté, pour explorer avec panache tout ce que le rock, la pop et la musique psychédélique ont encore en réserve. Do Hollywood trône donc légitimement au sommet de cette liste au père Noël, il compte 10 chansons dont aucune ne déçoit et Spotify est là pour vous si vous souhaitez vérifier la marchandise avant d’investir.

A Wider Space par Groenland

Groenland est un groupe Indie Pop canadien basé à Montréal. Après un très bon premier album – The Chase –  remarqué en 2013 grâce à ses titres pleins d’âme et influencés par la scène folk nord-américaine, le groupe propose un 2nd album assez différent. Sans doute un peu moins folk, un peu plus pop et malgré tout restant dans la même veine, A Wider Space séduit dès les premières notes. Ce 2nd album est lui aussi porté par la voix caractéristique de la chanteuse de Groenland, et une musique impeccable, mais s’appuie également sur des arrangements plus subtils. Le coté indie pop n’est pas en reste avec des synthés et des sonorités électro-pop ici et là, et l’album est globalement assez rythmé. Pour ceux qui aimeraient par exemple, à la fois Moriarty, Metronomy, Beirut ou Lisa Leblanc, et qui rêveraient de trouver ces influences rassemblées chez un même artiste, dans un même album, vous tenez là le bon cadeau. CDs et Vinyles disponibles ici.

Starboy par The Weeknd

Impossible de ne pas en avoir entendu parlé à moins de vivre dans une grotte: le nouvel album de The Weeknd est sorti en novembre dernier. Dans notre webzine, on préfère généralement parler des artistes indépendants, ou peu connus, des groupes qui se lancent, bref, certainement pas de The Weeknd qui est devenu en quelques années d’activités l’une des grosses stars internationales de la pop contemporaine. Mais voilà: l’album Starboy est tout simplement excellent. Il n’y a pas grand chose à rajouter. Un peu long peut-être, avec ses 20 morceaux qui ne se valent pas forcément tous, il offre quand même plusieurs véritables pépites. Le ton général de l’album est assez sombre et on sent que l’artiste canadien continue d’explorer avec talent le coté obscur de la pop en y mêlant comme dans ses précédentes créations des touches de hip hop, de R’n’B ou de Soul. Il a su s’entourer mieux que jamais pour ce faire: Daft Punk qui co-signe 2 titres (le très bon Starboy, et le génial I feel it coming), Kendrick Lamar (Sidewalks), Lana Del Rey (Stargirl Interlude). C’est vraiment difficile de ne pas aimer cet album, ce qui en fait une idée cadeau très efficace!

Never Twice par Nick Waterhouse

Nick Waterhouse est un musicien américain qui mélange des influences de blues, de jazz et de soul. On pourrait penser qu’il s’agit d’un vieux bluesman de la Nouvelle-Orléans, mais il vient tout juste d’avoir 30 ans et est en fait de la région de Los Angeles. Never Twice est son 3ème album dans lequel se voient mélangés allègrement le blues avec le jazz, le rock avec la soul. En plus des instruments classiques du blues, les flûtes, saxophones et orgues sont les bienvenus sur ce disque qui se laisse écouter comme un voyage à travers les états – et les époques – d’Amérique. Peut-être un peu plus ciblé que les précédentes idées de cadeau de la liste, cet album est vraiment superbe et ne devrait donc pas s’adresser nécessairement à des auditeurs “plus mûrs”, il est à mettre dans toutes les oreilles dès lors qu’elles soient curieuses. C’est le cadeau idéal pour ceux qui aiment Otis Redding, Elvis, Sur le Route de Jack Kerouac, ou plus récemment: JD McPherson, Kitty Daisy and Lewis ou encore The Hillbilly Moon Explosion.

Notons enfin que ces idées de cadeau valent aussi comme recommandation d’écoute pendant les jours froids de l’hiver! Ces 4 albums sont d’ailleurs déjà disponibles sur Spotify, et donc dans les playlists préparées avec soin par Les Trois Doigts de la Main. Il ne nous reste plus qu’à souhaiter de très heureuses fêtes à tous nos lecteurs, en espérant qu’il y ait plein de musique sous votre sapin!

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Black Palm Trees par Antoine Malye [Album Review]

Il a 20 ans à peine et propose un album de 9 pistes, cohérent et réussi. En plus, il se paie le luxe d’avoir déjà une pâte bien à lui, comme on dirait d’un compositeur déjà expérimenté, éprouvé par les années. L’album dont on parle aujourd’hui, Black Palm Trees, est le premier réalisé et publié par le jeune parisien Antoine Malye et la barre est placée haut pour un premier opus bien inspiré. Outre le goût affirmé de notre webzine pour les productions indépendantes, le fait est que les 9 pistes de cet album méritent de s’y intéresser pour leur qualité et leur style: une pop “ambient” qui mélange électro chill, riffs calmes de guitares électriques et rythmes entre hip hop et R’n’B.

La première part du gâteau est pleine de saveur et annonce bien la suite. I’m a mess est effectivement l’un des titres les plus “pop”, mais son ambiance “pop” reste relative: une mélodie lente, la voix de velours de la chanteuse Nalla Sauer, une ambiance planante et une rythmique entre hip hop et musique progressive. En partant de là, on déguste tout le reste à grandes bouchées sans se poser de question.  Un peu comme une BO de film (Drive est cité comme une inspiration), Black Palm Trees alterne les titres 100% instrumentaux comme Cal ou Mojave et ceux qui ont pu bénéficier de collaborations vocales comme la piste 4 qui donne son nom à l’album, ou encore le plus sensuel Lowlands.

Enfant des années 90 ayant grandi à Paris dans un contexte familial où l’art et la musique se sont rapidement imposés à lui, Antoine Malye s’éduque musicalement avec les grands classiques des décennies précédentes (Pink Floyd, Beatles, etc) et presque “logiquement” se met rapidement à la guitare. Son premier album vient en partie de ces influences, mais aussi beaucoup de celles d’artistes plus actuels comme Frank Ocean et Lana Del Rey pour le coté pop planante, ou encore Chet Faker et Kendrick Lamar pour le coté Hip Hop et R’n’B. L’influence de Johnny Cash sur certains riffs de guitare est plus que palpable (écouter Mojave), ce qui était déjà le cas sur le titre Paris. Rappelez-vous ce coup d’essai très réussi qui avait fait le tour du web en 2014/2015. Assez simple dans sa production, Paris révélait le potentiel du jeune producteur, et avait même bénéficié d’un remix deep house par Lost Frequencies, ce qui en soit est une marque de reconnaissance (la validation d’un pair prestigieux, c’est plutôt bon signe), un sacré coup de projecteur, et qu’on imagine quand même être particulièrement stylé pour un lycéen qui sort sa première chanson…

L’album Black Palm Trees se conclut sur Miel, entre électro, hip hop et effets de synthés pour tenter de communiquer avec Flipper le dauphin. Un titre rythmé, mais zen, comme un atterrissage parfaitement contrôlé, pour retrouver la terre ferme. Antoine Malye travaille actuellement à son prochain album qu’il annonce plus influencé par la scène hip hop, mais on devrait avoir droit d’ici là à quelques clips tirés de Black Palm Trees, et pourquoi pas à des concerts… On ne manquera pas de vous tenir au courant sur nos pages FB/Twitter (@L3D2LM). Retrouvez cet album en écoute libre sur Soundcloud, Spotify et dans les playlists des Trois Doigts de la Main!

Enregistrer

I Am Stramgram – Jurassic Poney [ITW / EP Review]

I Am Stramgram est sans doute l’une des découvertes les plus intéressantes de 2016 sur la scène française, et il est plus que temps qu’on en parle un peu plus sérieusement. Au centre de ce projet, on trouve le bordelais Vincent Jouffroy qui joue également dans d’autres groupes (My Ant entre autres), et on trouve aussi une quantité d’influences et de références musicales. On a pu rencontrer I Am Stramgram cet été à l’occasion du festival Fnaclive et discuter de ce projet musical qui démarre si bien. Une rencontre originale.

I Am Stramgram - Seul groupe de musique avec un dinosaure dans le band depuis Denver.

I Am Stramgram – Seul groupe de musique avec un dinosaure dans le band depuis Denver.

L’EP que l’on a aujourd’hui dans les oreilles, Jurassic Poney, est à la fois un début et une fin. Un début car son succès marque le décollage réussi du projet de Vincent Jouffroy après un premier EP “Let’s not run the race” paru en 2012 et resté plus discrètement dans les cercles d’initiés. Une fin, car Jurassic Poney vient conclure le cycle du Patchworkitsch Tryptique en en reprenant les titres sur un même support.

Le Patchworkitsch Triptyque, c’est une œuvre multimédia en 3 parties. A chaque partie du tryptique correspond sa chanson, son graphisme, sa page web, sa vidéo, comme une seule et même œuvre multi-facettes que l’on accepte comme un tout, ou que l’on préfère aborder par tel ou tel autre aspect. Sur le site du groupe, ce projet créatif est défini comme “une entité autonome où propositions esthétiques et vidéos viennent compléter la musique”. Vous pouvez explorer ce triptyque vous-même en cliquant ici.

IAS en interview - Fnac Live 2016 - Paris

IAS en interview avec L3D2LM – Fnac Live 2016 – Paris

A l’écoute des titres ci-dessus, IAS dévoile rapidement ce qui fait sa force: une musique versatile qui passe d’un style folk apaisé à un son rock un peu garage, un peu sale, et qui résulte souvent dans une ambiance contrastée de pop/rock mélancolique. D’après l’artiste, on pourrait même parler de musique “lunatique” car marquée par ses revirements d’humeur. Certains titres évoquent The Shins ou Sufjan Stevens par leurs mélodies, leurs chœurs et leurs arrangements riches (Set a thought, Camilla), d’autres feront plutôt penser à Pearl Jam ou les Pixies avec des grosses guitares qui transpirent la disto et dépoussièrent les oreilles (Eaten alive). Le tout sonne souvent comme une bande originale de comédie dramatique à la Zach Braff.

 

Enfin, concluons en admettant que l’homme derrière IAS est donc un incurable touche-à-tout. C’est assez clair. Pour cause: il a en réalité démarré sa carrière par des études de vidéo, et a su ensuite relier avec sens son expérience de la vidéo et ses projets musicaux (d’où les clips à la cinématographie réussie pour chaque titre d’IAS). Accompagné sur scène de son acolyte percussionniste “Vélocibatteur”, I Am Stramgram assure aussi des lives de qualité comme au Fnac Live ci-dessous par exemple. Ce n’est pas un hasard si ce projet a été Lauréat du Prix Ricard S.A Live Music 2016. Les meilleurs titres d’IAS sont à retrouver sur Spotify, dans les playlists de L3D2LM!